Skip to content

La contribution exceptionnelle des riches, un enfumage !!!

23 août 2011

Ça doit sentir le roussi… puisque les super-riches de France et de Navarre demandent aujourd’hui  à devenir de gentils donateurs pour purger une toute petite partie de la dette publique.  Après avoir accepté  les cadeaux du bouclier fiscal,  on se demande bien quelle va être la valeur totale de cette contribution volontaire,  surtout lorsque l’on sait que la dette a été augmentée de 900 milliards d’euros en 4 ans  (1/3 dû à la crise, voir l’article d’Alain Godard)… ça laisse rêveur  !!!

16 d’entre eux publient donc dans le Nouvel Obs un appel : « Taxez-nous ! »…

– « On a vraiment l’impression qu’ils sont obligés de hurler pour qu’on les écoutent. Les pauvres !  Non, vous ne rêvez pas, nous ne sommes pas au théâtre en train d’assister à une comédie burlesque; nous sommes en présence de super-héros  donateurs… c’est ça le Luxe! Alors, qui sont ces super-cyniques et surtout que nous disent-ils ?

  • Jean-Paul Agon, PDG de L’Oréal ;
  • Liliane Bettencourt, actionnaire de L’Oréal ;
  • Antoine Frérot, PDG de Veolia Environnement ;
  • Denis Hennequin, PDG d’Accor ;
  • Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac ;
  • Maurice Lévy, PDG de Publicis ;
  • Christophe de Margerie, PDG de Total (NDLR : comme le remarque cette twitteuse, Total pourrait commencer à payer des impôts en France) ;
  • Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale ;
  • Claude Perdriel, président du conseil de surveillance du Nouvel Observateur ;
  • Jean Peyrelevade, président de Leonardo & Co France ;
  • Franck Riboud, PDG de Danone ;
  • Stéphane Richard, PDG d’Orange ;
  • Louis Schweitzer, président de Volvo et d’AstraZeneca ;
  • Marc Simoncini, président de Meetic, fondateur de Jaïna Capital
  • Jean-Cyril Spinetta, président d’Air France-KLM, président du conseil de surveillance d’Areva ;
  • Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot Citroën.

Non, non on ne rigole pas ! Même jaune…

Alors que nous disent nos riches?

« Nous, présidents ou dirigeants d’entreprises, hommes ou femmes d’affaires, financiers, professionnels ou citoyens fortunés, souhaitons l’instauration d’une “contribution exceptionnelle” qui toucherait les contribuables français les plus favorisés. Cette contribution serait calculée dans des proportions raisonnables, dans le souci d’éviter les effets économiques indésirables tels que la fuite des capitaux ou l’accroissement de l’évasion fiscale. (- « une pointe d’humour, rehaussé du même petit chantage à 10 balles, bref la rengaine habituelle » ).

Nous sommes conscients d’avoir pleinement bénéficié d’un modèle français et d’un environnement européen auxquels nous sommes attachés et que nous souhaitons contribuer à préserver. Cette contribution n’est pas une solution en soi : elle doit s’inscrire dans un effort plus global de réforme, tant sur les dépenses que sur les recettes.

Au moment où le déficit des finances publiques et les perspectives d’aggravation de la dette de l’État menacent l’avenir de la France et de l’Europe, au moment où le gouvernement demande à tous un effort de solidarité, il nous semble nécessaire d’y contribuer. »

….

Merci mes seigneurs, vous êtes trop bons ! Amen!

Trêve de plaisanterie, ce type d’annonce complétement bidon a l’art de mettre le feu au poudre, pour ne pas dire foutre les boules, c’est presque de la provocation… il n’y a pas de contribution volontaire mais une imposition juste à développer; et ce n’est pas aux super-riches d’en décider mais à l’État. Puisque nous sommes dans une période exceptionnelle, eh bien que les riches et l’État prennent leur responsabilité car c’est de cela dont il est question. En 1932, quand Roosevelt arrive au pouvoir, le taux de l’impôt fédéral sur le revenu applicable aux plus riches était de 25 % aux États-Unis. Le nouveau président décide de le porter immédiatement à 63 %, puis à 79 % en 1936, à 91 % en 1941, niveau qui s’appliqua jusqu’en 1964…

Alors tout est possible !

Que l’État s’affirme et fasse son boulot ! Que les riches qui veulent gagner plein de fric en gagnent et que l’État les taxe.

La contribution n’a pas à être volontaire, elle doit s’appeler Impôt de Solidarité pour la Dette – l’ISD.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :